Voici la 2e croyance  quii sabote vos efforts. On parle de plasir!

Le plaisir: Ami ou Ennemi?

L’autre croyance alimentaire très répandue c’est que le plaisir est, un ami et ennemi en même temps.

D’un coté, on a le plaisir qui amène à la gourmandise et là bien la gourmandise – on se dit que ce n’est pas bon – ça amène à faire des excès, à avoir un manque de contrôle, et le manque de contrôle nuit à la santé.

Alors on finit par voir les aliments qui nous font plaisir comme des ennemis puis se dire «Hmm, je ne devrais même pas manger ces aliments que j’aime parce que quand j’en mange, j’ai tendance à en manger trop, donc je ferais mieux de manger des aliments que je n’aime pas trop parce qu’il faut quand même manger et notre corps en a besoin»,

Le plaisir: source d’excès alimentaire?

Aussi beaucoup se disent : « Bien moi, je préfère ne pas tenir tel aliment chez moi parce que si j’en ai, je ne suis pas capable de me contrôler, donc je n’en achète pas.» Ou encore on se dit que pour certains aliments, on s’autorise une portion donnée maximale à ne pas dépasser.

Ainsi, avec cette façon de penser, on est dans le contrôle parce qu’on se dit que le plaisir c’est un ennemi parce qu’on voit là qu’après ça on manque de contrôle. Mais d’un autre côté, on pourrait voir le plaisir, ben si on mange quelque chose qu’on aime, on est satisfait.

Et la science dans tout ça?

Et puis lorsqu’on étudie la biologie et que l’on comprend comment le système de la régulation de la faim fonctionne, on s’aperçoit qu’il y a vraiment des messagers dans notre corps qui vont donner une sensation de plaisir lorsqu’on mange jusqu’à quand notre corps en ait assez.

Ainsi, on va commencer à manger un aliment, on va avoir du plaisir à le faire et là à un moment donné on sent que : « Ah, l’aliment goûte moins bon ». Objectivement, il va goûter la même chose, mais on en ressent un peu moins de plaisir. C’’est un indicateur qu’on a assez mangé.

Donc, au lieu de voir le plaisir comme : « Oh non, si je mange des aliments qui me font plaisir, c’est certain que je vais en manger trop, je vais en manger au-delà de ma satiété! Non, le plaisir fait que je suis satisfaite de mon repas et je suis capable de ressentir ma satiété. De cette façon, je ne fais pas d’excès.

Les restrictions: source d’excès alimentaire!

Les gens sont habitués à se méfier des aliments qu’ils aiment par peur de faire des excès. Les excès viennent parce qu’il y a des restrictions!

Le corps lui il va vraiment nous le dire quand il en a assez, puis le plaisir c’est normal d’en avoir quand on mange.

Quelqu’un qui n’a pas de restrictions, là,- je ne parle pas d’allergies ou des intolérances mais de quelqu’un qui ne se donne pas de restrictions, cette personne va pouvoir arrêter de manger sans se dire « je dois arrêter parce que sinon je risque de dépasser ».

Tout cela, se fait naturellement et il n’y a pas de frustration accumulée parce qu’on est satisfait avec ce que l’on a mangé et on en a retiré le maximum de plaisir. Dans le fond, les dernières bouchées que vous avez mangées, sans faim, ne vous ont plus vraiment procuré de plaisir et là en plus, vous ressentez de la culpabilité.

Rappelez-vous!

Tant qu’on n’a pas faim, le plaisir n’est pas totalement au rendez-vous et que plus tôt on arrête de manger, plus tôt la faim va revenir et la prochaine fois on va encore pouvoir avoir ce plaisir!

Beson d’être guidée avec tout cela, consultez la section travaillez avec moi

Une zone d'outils gratuits!

L'alimentation Intuitive, ça vous parle?

Inscrivez-vous et obtenez les accès à la zone d'outils gratuits. Recevez, en prime, des courriels avec des trucs et conseils pour cheminer vers la liberté alimentaire et corporelle et plus encore!

Merci! Vous recevrez, d'ici quelques instants, un courriel de confirmation!

Pin It on Pinterest

Share This